Christine Machureau : La mémoire froissée

machureauVous souvenez-vous de La chambre des dames de Jeanne Bourin (La Table ronde, 1979), un roman historique grâce auquel l’auteur, avec la complicité de l’historienne Régine Pernoux, souhaitait redorer l’image du Moyen Âge ? Je l’avais lu à l’époque, c’est-à-dire au début des années 1980. En lisant La mémoire froissée, je n’ai pu m’empêcher de penser à Jeanne Bourin. Sauf que Christine Machureau va beaucoup plus loin que l’auteure de La chambre des dames. Elle ne se contente pas de décrire la vie quotidienne d’une petite ville de Touraine sous Charles VI (1380-1422), elle met ce quotidien en relation avec la vie intellectuelle du Moyen Âge. En effet, là où Jeanne Bourin s’arrêtait à décrire les tourments d’une femme eu égard au mariage, Christine Machureau aborde la science, la médecine, la philosophie, la religion et leurs relations avec le quotidien des hommes et des femmes de ce temps.

En voici un bref résumé : Anne Rameau, l’héroïne du roman, est herboriste, métier qui a valu à sa mère de périr sur le bûcher. Elle en a gardé des séquelles, bien entendu, qui se manifeste par une extrême prudence, voire une méfiance, vis-à-vis des autorités. Aussi est-elle sur ses gardes lorsqu’elle fait la rencontre de ce Juif qui lui transmet un livre de Maïmonide (1138-1204), l’auteur d’un ouvrage très recherché intitulé Le Guide de ceux qui doutent (sauf erreur, il s’agirait du Guide des égarés). Arrêté par les autorités locales, Abraham ben Simon lui confie ce livre pour qu’elle le fasse parvenir à Amsterdam auprès de la communauté juive. Bravant le danger, Anne Rameau se met en chemin jusqu’à Troyes, ville où elle élit temporairement domicile pour des raisons que vous comprendrez en lisant le bouquin.

La mémoire froissée nous incite à découvrir la richesse de cet âge dit moyen, nous invite à s’intéresser à Moïse Maïmonide, à Avicienne, à Nicolas Flamel, etc. Bref, Christine Machureau nous enrichie et, dans une certaine mesure, nous rend meilleur. N’est-ce pas la mission ultime de la littérature ?

Je vous recommande sans hésitation la lecture de ce roman fort bien écrit. Vous verrez, il vous sera difficile de vous arrêter en cours de lecture et, si vous le faites, ça sera pour vous documenter… car, forcément, vous aurez envie d’en savoir davantage sur le contexte dans lequel prend forme ce récité rédigé à la première personne.

Vivement le tome 2 !

Machureau, Christine. La mémoire froissée, tome 1. Numeriklivres, 2012, 0,99 euro. Disponible sur toutes les plateformes et, sans DRM, à la librairie Immatériel.

Publicités

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s