Quand Jean-Luc avait bu…

Quand Jean-Luc avait bu, il était prêt à se battre pour la moindre cause. Et même sans boire, il pouvait en étonner plus d’un. Je me souviens d’un soir de janvier où l’aventure avait bien failli tourner au vinaigre. Nous avions bu quelques verres au second étage d’un grand bar de la rue Saint-Denis. C’est dans ce bar d’ailleurs qu’est né notre projet d’écrire un téléroman pour se sortir de l’impasse professionnelle dans laquelle nous étions. Lui travaillait comme journaliste dans une revue de bricolage ; moi, je m’apprêtais à entreprendre des études de maîtrise en sciences de l’information. Bref, nous n’étions rien… pauvres et sans avenir à la fin de la vingtaine. C’était du moins ainsi que nous nous percevions.

Donc, un soir un peu plus arrosé que d’habitude, un soir où nous avions décidé de nous lancer dans la rédaction d’un feuilleton télévisuel, en sortant du bar, nous descendîmes la rue Saint-Denis pour nous engager vers l’est sur le boulevard De Maisonneuve. Il faisait froid, un froid vif et sec comme on en connaît certains soirs de février. La voiture de mon ami était garée sur la rue Saint-Hubert. En allant la récupérer, voilà que nous remarquâmes un gars qui mangeait un sandwich dans la voiture garée juste devant celle de Jean-Luc. Soudain, le gars ouvrit la vitre côté conducteur et déversa dans la rue ses déchets, l’emballage de son sandwich, quoi. En constatant ce fait, mon ami se mit à l’invectiver :

— Hé ! Qu’est-ce que tu fais, mon cochon ? La rue c’est pas une poubelle !

— Jean-Luc, arrête ça, lui dis-je tout bas, me disant in petto qu’on ne sait jamais à qui on a affaire dans une grande ville comme Montréal. Mais mon ami était lancé, complètement sourd à mes paroles de sagesse.

— Tu vas me ramasser ça, cria Jean-Luc à l’adresse du gars.

— Mêle-toi de tes affaires, toi ! lui dit le gars.

— La rue, c’est justement mes affaires, comme celles de tout le monde !

— Crisse ton camp ! Attends pas que je sorte de mon char !

Debout, près de la portière côté passager de la voiture de mon ami, je sentis mes jambes devenir flageolantes sous mon corps alourdi par l’alcool. Mais Jean-Luc de continuer :

— T’as qu’à sortir, cochon ! Penses-tu que j’ai peur d’un gros lard comme toi !

Certes, cochon, le gars l’était assurément, mais gros… J’ai pu le constater quand le gars sortit de l’auto : il dépassait Jean-Luc d’une bonne tête et, surtout, alors que mon ami avait l’air d’un grand échalas, le gars arborait une silhouette tout en muscles…

N’en ayant cure, Jean-Luc se mit en position, continuant à provoquer son adversaire.

— Tu penses que tu m’impressionnes avec tes graisses.

Le gars s’apprêtait cogner mon ami… qui, heureusement, trouva le moyen d’esquiver le premier coup. Alors il cria dans ma direction : « Gaby, sors le gun, vite ! » Pendant que le gros dégueulasse, soudain inquiet, jeta un regard dans ma direction, Jean-Luc rabattit le loquet de la voiture du gars en fermant violemment la porte. Du coup, le gars se retrouva dehors avec les clés à l’intérieur de sa voiture. Pendant qu’il tenta en vain d’ouvrir sa porte en jurant, Jean-Luc revint rapidement à sa voiture et démarra en trompe, non sans avoir fait un doigt d’honneur au gars.

Ouf ! Ce soir-là, j’ai eu peur…

Publicités

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s