A- Le bout de l’île

cover_ducharme_ile_apple_92

Le bout de l’île est mon premier roman. Il est disponible en format numérique (ePub, Mobi et PDF) sur toutes les plateformes (Immatériel, Kobo, Kindle d’Amazon, Archambault, etc.) au prix de 3,49 euros ou 4,99 dollars canadiens.

Le bout de l’île est le roman de l’enfance, de celle qui s’achève pour faire place au premier pas de l’adolescence. À mon retour de Genève, et après avoir vécu pendant dix ans dans trois pays, j’ai eu envie de revenir dans mon pays et, pour tout individu quel qu’il soit, le seul pays viable est en nous: c’est celui dans lequel on a vécu nos premières années. Par la suite, cela ne compte plus, ou alors si peu. Après, on peut vivre n’importe où.

Si vous souhaitez découvrir ce qui m’interpelle, inutile de vous répandre en longs discours: achetez mon roman, tout simplement, et je vous en serais reconnaissant. Si vous n’aimez pas… je vous offre un café, ce qui reviendra à peu près au prix de l’ouvrage, service compris :).

Voici ce qui tient lieu de quatrième de couverture:

À l’est de l’île de Montréal s’étend une pointe de terre qui, autrefois, était couverte de trembles, d’où son nom de Pointe-aux-Trembles. C’est là que François-Gabriel Dumas, alias Gaby, a passé sa jeunesse dans les années soixante-dix. À l’époque, ce n’était qu’une agglomération de paroisses, c’est-à-dire ni un tout à fait un village, ni la banlieue qu’elle est devenue dans les années quatre-vingt. À l’ombre du plus grand complexe pétrochimique de l’est du Canada dont les cheminées « brûlent jour et nuit » (Richard Séguin), Gaby affronte les voyous du quartier dans un match de ballon-chasseur à la suite duquel il se fera un nouvel ami et connaîtra son premier amour, un amour juvénile, encore pur et innocent.

Le bout de l’île est le roman de la transition, le roman du passage à l’adolescence comme chacun de nous a dû vivre. À l’instar du roman de Robert Sabatier, l’auteur de Les allumettes suédoises, il appartient au genre du récit de l’enfance, un genre qui ne se démode jamais et qui, quel que soit la provenance de l’auteur, recèle une portée toujours universelle.

Daniel Ducharme,  Le bout de l’île, ÉLP éditeur, c2009, 2011, 3,49 € – 4,59 $ca. Pour en savoir davantage sur Le bout de l’île, je vous invite à consulter la fiche de l’ouvrage sur le site d’ÉLP éditeur.
Publicités

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s

%d blogueurs aiment cette page :