C- Ces mots…

ducharme_ces_mots_coverIl est rare qu’on prenne le temps de chercher, dans un dictionnaire courant comme Le Petit Robert ou Le Petit Larousse illustré, des mots usuels comme amour, amitié, mariage, mort, pluie, trahison, etc. Normal, me direz-vous, puisqu’on en connaît déjà les définitions. Pourtant, c’est souvent de ces mots qu’on discute quand on se réunit autour d’une table avec des amis. C’est aussi ces mêmes mots qui figurent dans les chansons, dans les poèmes ou dans les films que nous allons voir au cinéma. Pourtant, on ne se donne jamais la peine de réfléchir à la portée de ces mots justement parce qu’ils sont si simples, si connus, si familiers en somme, qu’on n’en voit pas l’utilité. Mais ce faisant on omet de s’aviser du fait que ces mêmes mots revêtent un caractère personnel puisqu’ils ont une résonnance particulière pour chacun d’entre nous.

Cet ouvrage peut être considéré un dictionnaire intime et personnel qui réunit des mots dont les définitions résultent d’observations inspirées par des faits et gestes de la vie quotidienne ou, pour emprunter le langage de la philosophie, par des phénomènes, c’est-à-dire ce « vécu en quoi réside l’apparaître de l’objet » (Husserl). Ces observations prennent la forme d’exposés succincts qui peuvent porter sur un fait de société ou sur une question existentielle plus profonde.

Extrait du quatrième de couverture:

« Les mots qu’on ne cherche pas dans le dictionnaire, les mots du vocabulaire dit fondamental, ce sont des amis qui nous côtoient au quotidien. Ils sont avec nous, compagnons discrets et durables de toutes nos cogitations et argumentations ordinaires. On croit les connaître quand ce qui est bien connu est méconnu parce que de fait tellement mal connu. Daniel Ducharme nous parle ici de ces mots. Mots notions. Mots émotions. Mots cristallisations de nos débats extérieurs et intérieurs. Mots anticipations et mots nostalgies aussi. Avec son inimitable style dépouillé de prosateur prosaïque, Ducharme nous cause de ces vocables et, ce faisant il nous parle de lui. Et il fait un petit peu plus. Il convoque ses deux camarades Allan Erwan Berger et Paul Laurendeau et les fait entrer dans la danse. Ceux-ci se fendent d’un court commentaire, ancillaire du développement principal de Ducharme, par mot. Étymologie, glottognoséologie, pétarades brèves mais intellectives viennent accompagner le propos initial de Ducharme, l’amplifier, l’épicer. Quand les mots qu’on ne cherche pas dans le dictionnaire nous font discourir et réfléchir, soyez assurés que les trois petits cochons frétillants du verbal continueront de faire face frondeusement au souffle véhément du grand méchant loup de la banalité prise pour acquise. »

Daniel Ducharme, Ces mots qu’on ne cherche pas, ÉLP éditeur, 2014, 3,49 € – 4,59 $ca. Consulter la fiche complète de l’ouvrage sur le site d’ÉLP éditeur.

Publicités

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s

%d blogueurs aiment cette page :